google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualité d'ici et d'ailleurs

PUBLICITE

Au souvenir d’Abdoulaye Thiam, du 12e Gaïndé, une vie au service des équipes nationales

Abdoulaye Thiam, considéré comme le supporter numéro 1 des équipes nationales du Sénégal, reste une source de fierté pour sa famille, sa ville, Rufisque (ouest), et les membres du 12e Gaïndé, le comité des supporters sénégalais pour toutes les disciplines sportives, dont il était le porte-étendard.

C’est sur les routes des enceintes sportives que l’homme, originaire de Linguère (nord) et surnommé Thiam 12e Gaïndé, a rendu l’âme, victime d’un accident de la route en mai 2021. Il revenait de la finale de la 12e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de beach soccer, en mai 2021, à Saly-Portudal, au Sénégal.

A la Cité Poste règne le calme. Un chantier dominé par un muret sort des terres de ce quartier de Rufisque, à côté d’un terrain de football. Il s’agit des premiers pans du monument dédié à Abdoulaye Thiam, le défunt membre et porte-drapeau du 12e Gaïndé, les supporters qui accompagnent les équipes nationales sénégalaises – celles du football notamment – aux quatre coins du monde.

En face du terrain de football inoccupé en ce moment, se dresse la maison des Thiam, dont toutes les portes sont peintes aux couleurs nationales. Même les trois arbres situés devant la demeure du défunt supporter portent le vert, le jaune et le rouge.

De son vivant, Abdoulaye Thiam, un ancien agent de La Poste, se déplaçait toujours sur une moto ou à bord d’une voiture peinte aux couleurs de la nation. Moto et voiture sont immobilisées devant la maison, sous une bâche poussiéreuse, depuis le décès des suites d’un accident de la route de leur illustre propriétaire, entre Dakar et Saly-Portudal.

Des haut-parleurs et d’autres outils de sonorisation d’Abdoulaye Thiam sont bien rangés dans une chambre depuis la disparition de l’homme connu également pour ses vêtements aux couleurs de la nation.

Le drapeau national qu’il affectionnait tant est accroché à la porte du salon, à l’intérieur de la maison. Des photos du défunt batteur en chef du 12e Gaindé sont accrochés aux murs, le montrent en train de jouer du tambour à la Coupe du monde 2002.

‘’A ce Mondial, il était surtout accompagné de Moussa Guèye, un ancien président du 12e Gaïndé et actuel président d’honneur de l’association de supporters’’, se rappelle Boubacar Bâ, dit Bill, également membre de ladite structure.

Sur l’une des photos, Abdoulaye Thiam pose aux côtés de Matar Bâ, l’ancien ministre des Sports, ou encore de l’actuel président du 12ème Gaïndé, Issa Laye Diop.

Dans la bibliothèque familiale, on découvre d’autres objets évoquant le souvenir du célèbre supporter, dont le trophée du meilleur supporter décerné au 12e Gaïndé à la CAN de football 2019, en Egypte.

Décédé avant le premier titre continental des Lions du Sénégal en 2022, au Cameroun, l’homme a eu droit à un hommage à titre posthume : les supporters ont remis à sa famille une médaille qui lui a été décernée par les autorités sportives nationales, après la CAN de football 2022.

‘’Mon père était un vrai supporter, un grand patriote. Il pouvait tout laisser tomber pour aller supporter les équipes nationales. Tout objet qu’il utilisait et tout vêtement qu’il portait étaient aux couleurs nationales. Sans cela, il n’était jamais content’’, se souvient son fils aîné, Moustapha, dit Tapha.

Gardien de but 

Leur père leur a transmis cet amour et cette passion pour le pays et ses équipes nationales, témoigne Tapha.

Moustapha rappelle que son défunt père fut footballeur avant de devenir un inconditionnel des équipes nationales. ‘’Il évoluait au poste de gardien de but, à l’ODB, une équipe de Linguère’’, rappelle Tapha en parlant en larmes de son père. Un témoignage que confirme la veuve d’Abdoulaye Thiam d’un hochement de tête, gardant le silence.

Sa passion pour le sport a fait perdre son emploi au jeune Abdoulaye Thiam, selon son fils. ‘’Pendant les navétanes (le championnat populaire de football), il abandonnait son boulot pour se consacrer aux matchs de football organisés pendant les grandes vacances scolaires’’, dit Thiam fils.

‘’Ces photos, en les regardant vingt ans après leur prise, j’en ai les larmes aux yeux. C’étaient des moments forts que nous avons vécus en étant très jeunes’’, commente-t-il, concernant les photos de son père à la Coupe du monde 2002.

Employé de La Poste à cette époque-là, le leader du 12e Gaïndé ne manquait jamais les rencontres des équipes nationales du Sénégal. ‘’Il ne sollicitait personne et effectuait tous ses déplacements avec ses propres moyens’’, soutient Moustapha Thiam en parlant encore de son père.

Boubacar Bâ, dit Bill, un fidèle compagnon de feu Abdoulaye Thiam se souvient des moments passés en compagnie du défunt leader du 12e Gaïndé. Il parcourrait de nombreux quartiers, avec sa voiture équipée d’une puissante sonorisation, pour rappeler aux Sénégalais que l’équipe nationale avait un match, se souvient M. Bâ.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.