google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualité d'ici et d'ailleurs

PUBLICITE

Le président de la République Macky Sall et la Première dame ont effectué, dimanche, une balade inopinée dans la banlieue sénégalaise. Une sortie qui surprend plus d’un.

Ce n’est pas dans les habitudes du locataire du Palais de Roume de balader dans les rues de Dakar. De surcroit, dans les populeux quartiers de la banlieue. Macky Sall vient de remettre ça après l’épisode où il a été aperçu, en 2020, accompagné de sa fille. Donc, deux fois seulement en dix ans à la magistrature suprême !

 

Le fait, quoi que rare, est loin d’être un péché d’Israël comme l’auraient cru d’aucuns. Ailleurs, c’est devenu monnaie-courante. Le français Emmanuel Macron et l’Américain Joe Biden s’offrent des balades sans que cela n’émeut plus d’un. Sauf qu’au pays de la Téranga, la balade du Premier sénégalais ne semble pas relever du hasard.

 

Opération de charme

 

Plus qu’une simple balade, la sortie de Macky Sall s’avère une poursuite de son opération de charme qui cache mal les ambitions inavouées d’un troisième mandat en quelques à 13 mois de l’élection présidentielle de 2024. Sinon, que chercherait-il si ce n’est que polir son image écornée par des dossiers politico-judiciaire, cheval de bataille d’une certaine Opposition décidée à lui barrer la route.

 

Jusque-là, le président maintient le flou sur sa candidature. Même si les langues n’ont jamais eu de cesse de délier depuis sa fameuse expression du « ni oui ni non ».

 

La balade, un baromètre au sortir des législatives

 

Dire que cette balade, pour le moins inattendue, pourrait lui servir de baromètre pour mesurer à la fois sa cote de popularité – dont les récentes élections législatives en disent longue – et les avis favorables et défavorables à une éventuelle troisième candidature. Sinon, que vient faire un quidam sortit de nulle part pour clamer à haute et intelligible voix devant Macky Sall : « le troisième mandat est une demande sociale« .

 

Des têtes tombées pour s’être prononcé sur le mandat « de trop »

 

Pourtant, à y regarder, ce mandat en question était considéré comme un tabou au sein de l’Alliance pour la République (APR) et même de la coalition Benno Bokk Yakkar (Bby). Après la réélection de Macky Sall en 2019, plusieurs têtes sont tombées pour avoir commis le péché mignon de tailler bavette sur le mandat « de trop ». C’est le cas de l’Ex Directeur des Sénégalais de l’Extérieur, Sory Kaba, de l’ancien député et ex président du Groupe parlementaire de Benno Bokk Yakkar, Moustapha Diakhaté et de l’ancien Directeur général de la Société de transport public Dakar Dem Dikk, Me Moussa Diop.

 

Le sourire au lèvre de Macky Sall

 

Aujourd’hui, le sourire au lèvre, lorsque le quidam lui a signifié que le troisième mandat est une demande sociale est assez bavard sur les ambitions du président Macky Sall. Si le moment n’est pas venu pour Macky Sall de dévoiler clairement sa positions face aux Sénégalais quand est-ce qu’il le sera ? Nous donnons notre langue au chat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.