google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualités au Sénégal

PUBLICITE

Maimouna Ndour Faye revient sur son agression : « Ce n’était pas un simple agresseur… »

La journaliste Maimouna Ndour Faye, présentatrice de l’émission « L’invité de MNF sur la 7TV », a partagé son expérience d’agression lors de son passage dans l’émission Infos Matin sur la Tfm ce vendredi 31 mai. Plusieurs mois après l’incident, elle continue à chercher des réponses et à suivre de près l’enquête menée par la Section de recherches.

Lors de son intervention, Maimouna Ndour Faye a révélé qu’elle contacte les enquêteurs toutes les deux semaines pour se tenir informée des avancées : « L’enquête est entre les mains de la Section de recherches. Chaque deux semaines, je les appelle pour connaître les derniers développements ». Elle souligne la complexité de l’enquête en déclarant : « Je pense que l’enquête concernant mon agression n’est pas facile. Celui qui l’a fait n’était pas un novice. Je ne sais pas s’il est un professionnel ou non, mais ce n’était pas un simple agresseur. Donc l’enquête n’est pas facile à faire. Mais j’ai foi que l’auteur sera retrouvé ».

La journaliste exprime également son besoin de comprendre les motivations de son agresseur : « Je veux savoir qui m’a agressé. A-t-il été commandité ou étais-je au mauvais moment, à la place où il ne fallait pas ? ». Elle insiste sur l’importance de cette connaissance pour pouvoir tourner la page : « J’ai besoin de connaître celui qui m’a agressé ou ceux qui l’ont commandité, ou s’il s’agissait simplement d’un agresseur. J’ai besoin de savoir pour avancer ».

Maimouna Ndour Faye a aussi tenu à démentir les rumeurs concernant la sécurité de son quartier, en affirmant que : « Tout ce qui a été dit autour de ce moment tragique que j’ai vécu, je l’ai entendu. Le quartier où je vis n’est pas un quartier insécure. Toutes les personnes qui ont prôné la cause de l’insécurité ont versé dans la manipulation. Je n’aurais jamais été au téléphone dehors, à 3h25 du matin en prenant 3 minutes pour arranger ma voiture, si le quartier était insécure. Je pense que psychologiquement, ce n’est pas acceptable ».