google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualité d'ici et d'ailleurs

PUBLICITE

Plusieurs contraintes soulevées : Pourquoi la communauté Soninké menace de boycotter la vente des cartes de l’APR…

La communauté Soninké du Sénégal dans son ensemble, ainsi que sa diaspora, a fait face à la presse, ce dimanche, pour exiger un certain nombre de doléances au président de la République, Macky Sall. Ils menacent de boycotter massivement la vente des cartes de membres de l’Alliance pour la République (Apr), de faire d’autres points de presse, des manifestations, mais aussi, elle compte prendre ses responsabilités à la prochaine élection présidentielle, pour sanctionner leur leader au profit d’un candidat de leur choix, qui prendra en compte leurs demandes.Rapporte Direct28.com.

 

«Nous n’avons pas lésiné sur les moyens financier, matériel, moral et sur le plan de la mobilisation des électeurs pour porter le Président Macky Sall à la tête de la Magistrature suprême du Sénégal depuis 2012. La communauté Soninké constate qu’elle a été simplement oubliée dans les décisions présidentielles. La communauté Soninké du Sénégal ainsi que sa diaspora, souffrent beaucoup de cette situation et exigent du Président Macky Sall, de reconsidérer rapidement sa position en donnant satisfaction aux doléances suivantes : la nomination politique des cadres Soninkés dans le gouvernement et à des postes de responsabilité, des demandes d’embauche de jeunes dans les ports de Dakar, Aéroport Blaise Diagne, des demandes de financements pour les projets des femmes et des jeunes, l’octroi de matériels agricoles pour les projets d’agriculture, l’autorisation de l’enseignement de la langue soninké dans toutes les universités du Sénégal…

Durant ces deux mandats, toutes les communautés nationales ont vu leurs enfants accéder à des postes de ministre, de DG, d’ambassadeurs sauf les cadres Soninkés», rapporte Youssouph Cissé, leur porte-parole.

Parlant de la suppression de l’exigence du certificat de nationalité sénégalaise pour les dépôts de carte d’identité et de passeport, M. Cissé soutient : «L’administration exige de chaque Soninké, la présentation d’un certificat de nationalité, lorsqu’elle veut obtenir une carte d’identité et/ou un passeport parce qu’elle estime que les soninkés se trouvent au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, en Gambie, etc. Or, l’administration n’exige ce document que lorsqu’elle a une suspicion à l’égard de cette personne.

Les soninkés ont habité ces terres bien avant la naissance des grands marabouts El Oumar Foutiyou Tall et Mamadou Lamine Dramé. Toute la communauté Soninké vit très mal cette situation, où l’administration la suspecte et la traite différemment par rapport au reste de la population. Il y a donc ici une rupture d’égalité dans la loi. C’est pourquoi, nous demandons au président de la République, de diligenter une enquête par les services compétents de l’État, pour faire la lumière sur le problème afin de cesser de telles pratiques pour un Sénégal pour tous».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.