google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualité d'ici et d'ailleurs

PUBLICITE

Samba Ndoye, mécanicien vole une moto de la police de Grand-Dakar qu’il devait réparer.

Jugé deux fois dans la même journée pour les mêmes faits de vol de moto, Samba Ndoye, mécanicien de moto de son état, demeurant à Grand-Dakar a été attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar ce jeudi 10 novembre 2022. Pour ce délit, il a été condamné à 3 mois de prison ferme et 1 mois ferme pour la moto de la police.

Devant la barre, Samba Ndoye n’a pas nié les faits qui lui sont reprochés concernant la moto de la police. D’ailleurs, il promet de verser, dès son élargissement un acompte de 150 000 francs. La valeur de la moto est estimée à 200 000 francs.
Le mis en cause avoue avoir reçu la moto le 18 octobre pour réparation, mais à sa grande surprise la moto a été volée.

À l’enquête préliminaire, il avait déclaré aux policiers qu’il devait réparer la moto et en avait même fini, mais quand on lui a demandé de l’amener, il n’était pas en mesure de la présenter à son propriétaire. Sur ce, il a donné un délai de 3 à 4 jours. C’est au cours de la nuit qu’elle a été volée. « J’avais donné un délai de 3 à 4 jours. La moto a été volée dans la nuit du mercredi 2 novembre. Un copain m’avait soufflé que la moto est entre les mains de ferrailleurs », laisse-t-il entendre. Il poursuit qu’il est allé à la rencontre de ces derniers, mais il n’a rien trouvé. Il suppose qu’ils avaient déjà dépecé la moto. Le parquet a requis une application de la loi. Le juge en rendant sa décision la condamné à 1 mois ferme.

Il sera appelé à nouveau à la barre pour les mêmes faits au préjudice d’Étienne Sakho Sarr, qui lul avait donné une moto de marque Beverly.

C’est après avoir appris l’arrestation de Samba Ndoye qu’il est venu à la police où ce dernier avait déjà passé quatre jours. Sur ce fait, il avoue qu’Étienne avait déjà payé les frais de réparation.

D’après son accusateur, le mécanicien Samba Ndoye aurait vendu sa moto. Ce que nie ce dernier soutenant que celle-ci se trouve dans son atelier. « J’étais absent le jour où il s’était présenté dans mon atelier pour récupérer son bien. J’étais effectivement parti près du cimetière Saint-Lazare pour décharger un conteneur, » a-t – il dit au procureur qui a requis l’application de la loi.

Au finish, il a été condamné à 3 mois ferme pour abus de confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.