google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualités au Sénégal

PUBLICITE

Seydi Gassama: ” Nous demandons que le président quitte le Conseil supérieur de la magistrature pour restaurer …”

Le directeur exécutif d’Amnesty International Sénégal, Seydi Gassama, a exprimé ce mardi à Diamniadio son espoir de voir les assises sur le système judiciaire déboucher sur des réformes majeures. Lors de l’ouverture des travaux du Dialogue national sur la réforme et la modernisation de la justice, organisé au Centre international de conférence Abdou Diouf à Diamniadio (CICAD), dans le département de Rufisque, le chef de l’État, Bassirou Diomaye Faye, a marqué le début d’un processus attendu avec impatience par de nombreux citoyens sénégalais.

 

 

Seydi Gassama a salué cette initiative, soulignant que les tenants actuels du pouvoir ont souffert de l’instrumentalisation de la justice et appellent à une rupture.

 

« Nous pensons que les réformes vont constituer une grande rupture », a-t-il laissé entendre selon senegal7.

Au cours des dernières années, la justice sénégalaise a été au centre de vifs débats, critiquée et dénigrée en raison de nombreux procès politiques, dont les affaires impliquant des personnalités telles que Khalifa Sall, ancien maire de Dakar, Karim Wade, ancien ministre et fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, ainsi que Ousmane Sonko, actuel Premier ministre.

Le directeur exécutif d’Amnesty International Sénégal a rappelé et déploré que la main de l’exécutif se soit cachée derrière chacun de ces procès politiques, soulignant ainsi le contrôle excessif exercé par le pouvoir exécutif sur le système judiciaire. « Cela signifie que, par la loi, le chef de l’État et le ministre de la Justice ont une influence prépondérante sur la justice. C’est pourquoi nous demandons que le président de la République quitte le Conseil supérieur de la magistrature pour restaurer la confiance des citoyens et renforcer leur foi en la justice », a-t-il insisté.

En présence de plusieurs responsables d’institutions de la République la rencontre s’est poursuivit en commissions après la cérémonie d’ouverture.