google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualités au Sénégal

PUBLICITE

Tivaouane-Peulh : Arrestation du directeur d’école qui avait engrossé une élève de 17 ans

La brigade des mœurs de la Sûreté urbaine (SU) a déféré ce vendredi matin au parquet de Pikine-Guédiawaye le directeur de l’école privée G. B. Il est accusé d’avoir violé et engrossé une élève mineure de son établissement.

 
 
E. M. Sarr,  directeur de l’école privée G. B., devra se montrer bien convaincant devant le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Pikine-Guédiawaye, pour espérer sortir indemne des accusations de viols répétés suivis de grossesse, chantage sexuel et détournement de mineure portées contre lui par une élève de son établissement sis à Tivaouane-Peulh. Il a été déféré ce vendredi par les policiers de la brigade des mœurs de la Sûreté urbaine du commissariat central de Dakar.
 
N. F. S., âgée de 17 ans, élève en classe de terminale dans cet établissement, a contracté une grossesse qu’elle a imputée à son directeur d’école. L’affaire a fini par atterrir entre les mains des enquêteurs de la brigade des mœurs. Entendue sur procès-verbal, N. F. S. a confirmé qu’elle a été victime de viols répétés suivis de grossesse, chantage sexuel et détournement de mineure de la part de son directeur d’école.
 
Tout a commencé au cours du mois d’octobre. L’élève a exprimé à son directeur d’école sa volonté de quitter la série L2 pour migrer vers la série S2.  Le patron de l’institution scolaire lui aurait proposé des rapports sexuels pour accéder à sa demande. D’après le récit de la victime, depuis ce jour-là, son directeur n’a cessé de la violer. E. M. Sarr couchait avec elle dans la salle des professeurs, à la descente des cours, souligne-t-elle.
 
Mais au courant du mois avril, la jeune élève a constaté un retard de ses menstrues et des signes évocateurs de grossesse, renseigne Seneweb .
 
Les policiers de cette unité d’élite de la Sûreté urbaine du commissariat central de Dakar ont alors procédé à l’arrestation du directeur d’école incriminé. Entendu sur procès-verbal, E. M. Sarr a avoué avoir couché à deux reprises avec N. F. S.   dans son établissement. “Elle n’était pas vierge lors de notre premier rapport sexuel. Elle m’a provoqué avec insistance et j’ai fini par céder”, avoue-t-il.
 
Mais la victime persiste et signe qu’elle ne peut pas compter le nombre de leurs rapports sexuels. N. F. S. a pris le contre-pied de son directeur en déclarant qu’elle a bel et bien saigné lors du premier rapport sexuel.