google-site-verification=dvlYsrn1U0QSqfKNWyXEmQl7Z0AnZiPl7OxeFBedUPg
l'actualité d'ici et d'ailleurs

PUBLICITE

UGB : La CESL décrète 96 h de JST et 48 h de cessation de toutes activités pédagogiques

Après  quelques mois d’accalmie, les revendications des étudiants reprennent  à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.  Ce jeudi, pendant deux tours d’horloge,  les étudiants ont fait face aux forces de l’ordre. Sous la houlette de la  Coordination des Étudiants de Saint-Louis (CESL), les pensionnaires  de l’UGB ont exprimé leur colère par rapport à la situation qui prévaut à l’université.  Affirme Direct28.com ;
 
Selon les responsables de la structure estudiantine, leurs difficultés n’intéressent nullement les  autorités.  Dans une déclaration, le président de séance Amadou Ndiaye a listé  les nombreux problèmes qui gangrènent l’Université Gaston Berger de Saint-Louis et qui les ont poussés à barrer la route nationale numéro 2. Ces  problèmes sont : l’orientation abusive de nouveaux bacheliers sans mesures d’accompagnements, le manque criard de logements, le déficit exaspérant  d’infrastructures, les modiques capacités d’accueil des restaurants universitaires face au nombre pléthorique d’étudiants. Mais le principal motif de revendication de la CESL est le manque d’infrastructures capables de contenir  les nouveaux bacheliers.
 
Ainsi, pour des solutions durables à leurs doléances, la coordination des étudiants de Saint-Louis a informé avoir rencontré le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche  et de l’Innovation, en présence du Recteur et Directeur du CROUS, pour leur donner  des propositions qui pourraient alléger la précarité de la situation actuelle. Tout le contraire des autorités internes qui, selon eux, se sont rendues à cette rencontre  les mains vides. Ce qui prouve, toujours selon eux que  les conditions de vie et d’études des étudiants de l’UGB sont les cadets de leurs soucis.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.